La Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu et le Grand-homme-aux-yeux-clairs

        
Le quarantième jour la Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu rencontra sur le chemin le Grand-homme-aux-yeux-clairs. 
Le Grand-homme-aux-yeux-clairs voulait cuisiner le dîner pour elle et les autres pèlerins. Elle proposa donc de l’aider à faire les courses. Alors qu’ils marchaient dans les rues désertes de la vieille ville la Jeune-Femme-aux-cheveux-de-feu demanda:

-« Alors Grand-homme-aux-yeux-clairs, comment se passe ton chemin ? Est ce que tu apprécies?  

-Non, je déteste ça! 

-Pourquoi détestes-tu le chemin? 

-C’est le voyage, vois-tu. Je déteste voyager. 

-Mais qu’est ce qui te dérange exactement ?

-Je n’apprécie pas la marche et il y a tant de gens que dans le dortoir que je ne peux pas trouver le sommeil le soir. La seule chose qui me plait c’est de cuisiner pour les autres et partager le dîner avec eux autours de la table. 

-Mais alors, pourquoi fais-tu le camino? 

-Pour le challenge, pour sortir de ma zone de confort. »

La Jeune-Femme-aux-cheveux-de-feu était très surprise. C’était la première fois depuis qu’elle avait commencé son chemin qu’elle rencontrait quelqu’un qui n’appréciait pas l’expérience. Le soir elle me confia « Tu vois, même lorsque je marchais avec lui en direction du magasin, il me donnait l’impression de vouloir être seul, et aussi dans la cuisine. Il avait l’air stressé par le bruit et les gens. Mais pourquoi fait-il le camino si il déteste marcher? Cela me semble tellement étrange. » Je n’avais pas la réponse à sa question alors je restais en silence. 

  
Le 41eme jour, le Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu commença à marcher au point du jour. Elle remarqua le Grand-homme-aux-yeux-clairs devant elle. Elle n’essaya pas de le rattraper, elle sait à quel point ce moment de la journée est spécial . À la place, elle fit un détour, monta en haut de la colline et une fois du milieu des vignes elle s’arrêta pour contempler les premières lueurs du jour. Elle se remplie de toutes les lumières et couleurs du ciel et du soleil, puis elle continua sa route.

Une heure plus tard, la Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu arriva au village suivant. Malgré toute l’énergie du soleil absorbée, ses mains étaient gelées. Elle décida donc de s’arrêter dans le premier bar venu. Elle entra et commanda une grande tasse de thé. Le Grand-homme-aux-yeux-clairs était assis à une table, savourant son café chaud. Il lui sourit, et elle décida de se joindre à lui. Alors qu’elle s’asseyait en face de lui, le Grand-homme-aux-yeux-clairs engagea la conversation:

-« Bonjour, ce levé de soleil était très beau n’est ce pas? 

-Bonjour! Oui c’était magnifique! Aussi il fait très froid ce matin.

-Dis moi Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu, pourquoi as-tu commencé le chemin si loin? Pourquoi marcher si longtemps? 

-Pour moi ce voyage est un apprentissage. Il y a tellement de choses que j’ai besoin d’apprendre ou d’essayer. Il faut s’autoriser du temps pour ça. La Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu souri. J’ai commencé le chemin de si loin car c’était proche de la maison de ma grand-mère et cela a beaucoup de sens pour moi. Et puis j’ai décidé d’aller à Santiago avec les objectifs suivants: je voulais rencontrer et partager avec les gens, je voulais trouver de l’inspiration et apprendre. Et puis, marcher tous les jours est une bonne activité pour moi, j’adore randonner et être dans la nature. 

Le Grand-Homme-aux-yeux-clairs lui rendu son sourire. 

-Tu exprime très bien ce que tu ressens et ce que tu veux . 

-Merci, j’apprends car j’ai réalisé sur c’était si important dans la vie. »

D’autres pèlerins commençaient à arriver et saluaient la jeune femme et le grand homme. Un Intelligent-garçon-asiatique posa son sac à côté du Grand-homme-aux-yeux-clairs, celui-ci sorti son portefeuille, y prit quelques pièces de monnaie et les glissa discrètement dans le sac du garçon. 

-« Tu es très généreux, dit la Jeune-Femme-aux-cheveux-de-feu. J’admire ta générosité, je sais que c’est important mais je trouve difficile d’être généreuse avec mon argent. 

-J’en ai bien trop, je préfère je donner. Quand le garçon trouvera ces pièces il se sentira heureux, il pensera qu’il a de la chance et alors peut être il voudra partager sa chance avec quelqu’un d’autre. 

-Oui c’est ça, c’est un cercle vertueux et je sais que j’ai besoin d’apprendre plus à propos de la générosité. 

-Avant que je parte pour le chemin de Compostelle, j’ai vidé ma maison, j’ai donné beaucoup de choses. J’avais beaucoup trop d’objets dont je n’avais pas réellement besoin! J’avais trop de projets aussi, alors j’en ai sélectionné trois et je ne m’autoriserai à en commencer un autre que lorsque l’un des trois sera terminé. 

-Quels sont tes projets?  » demanda la Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu.

Et le Grand-homme-aux-yeux-clairs commença à expliquer ses projets. Il semblait à présent totalement détendu et heureux. Il souriait et ses mains mimaient ses paroles. La Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu pouvait voir et sentir la passion qu’il avait pour le travail manuel.  

Ils poursuivirent leur conversation tout en sortant du bar. Ils marchèrent ensemble pendant une heure et la Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu demanda encore: 
« -Pourquoi est ce que tu détestes être ici ?

-Je déteste être sur le chemin à cause du voyage, je n’aime pas marcher sur ce chemin et je ne peux pas vraiment dormir la nuit. Et puis, si je décide de rester une journée au même endroit pour me reposer, alors je vais perdre la trace de tous mes nouveau amis. C’est difficile. 

-C’est certain. Pour moi aussi c’est difficile d’accepter de laisser partir devant ou de laisser derrière mes nouveaux amis. Mais cela fait parti du chemin: on ne choisi pas les gens que l’on rencontre et ceux avec qui l’on marche, c’est comme ça. Et puis, tu peux toujours demander les adresses de tes amis.  »

Le silence fut la première réponse du Grand-homme-aux-yeux-clairs. Puis après un certain temps il dit « En fait, je n’ai pas tant d’amis ici… ». La Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu ne compris pas vraiment ce que cette phrase signifiait et continua de marcher. Quelques minutes plus tard, le Grand-homme-aux-yeux-clairs s’arrêta, il dit à la jeune femme qu’il avait envi de faire une pause et qu’elle pouvait continuer à marcher.

Ce soir là, la Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu et le Grand-homme-aux-yeux-clairs était dans la même Auberge. C’était un gîte tout neuf, grand, confortable avec une belle cuisine équipée mais le Grand-homme-aux-yeux-clairs semblait si fatigué et tendu que la Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu n’essaya pas d’engager la conversation. 

  
Le matin du quarante-deuxième jour, elle s’en alla très tôt et marcha longtemps. Elle parvint à destination assez tôt et pris du temps pour se reposer avant l’arrivée des autres pèlerins. Lorsqu’ils commencèrent à arriver, elle prépara du thé et ils installèrent dans le jardin. La Fille-sympa-aux-cheveux-courts demanda à la Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu:

-« Est-ce-que tu connais le Grand-homme-aux-yeux-clairs? 

-Oui, je le connais. J’ai marché avec lui hier. 

-Il a quitté le chemin aujourd’hui. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais une chose est sûre il ne pouvait pas bien dormir et il avait l’air fatigué.

-Vraiment? Alors il est parti… »

La Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu était surprise et aussi heureuse pour lui. Elle lui écrivit une note:

« Salut Grand-homme-aux-yeux-clairs, j’ai appris par la Fille-sympa-aux-cheveux-courts que tu avais décidé de quitter le chemin. J’étais un peu triste de réaliser qu’il n’y aurait pas d’autre belle conversation comme celle du café, mais avant tout je suis très heureuse pour toi. La vie est trop courte pour s’infliger de faire des choses que nous détestons faire. Félicitation pour ta décision!  

Tu sais au café j’aurai pu te raconter ceci: depuis que je suis sur le chemin, j’ai réalisé que mon plus grand défi dans ma vie c’est d’être vraiment bienveillante et heureuse avec moi-même. De façon à pouvoir faire rayonner mon bonheur et vivre et partager plus d’Amour avec les gens autour de moi. C’est ce que j’apprends maintenant à faire sur le chemin. 

La vie est un chemin alors je te souhaite un buen, buen camino Grand-homme-aux-yeux-clairs.

La Jeune-Femme-aux-cheveux-de-feu « 



Ce soir là, la Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu s’assit dehors et regarda les étoiles dans le ciel. Et moi, je contemplais longtemps le feu de joie qui brûlait dans ses cheveux. 
  

Publicités

4 réflexions au sujet de « La Jeune-femme-aux-cheveux-de-feu et le Grand-homme-aux-yeux-clairs »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s