L’industrie de l’automobile évolue vers l’économie circulaire

         Vendredi soir à  Place to B, Hugo Spowers était invité sur le plateau de l’émission  direct  Place to Brief. Il présentait son entreprise  Riversimple, qui pourrait bien révolutionner l’industrie de l’automobile d’ici quelques années.

       Actuellement, les voitures sont designées et développées suivant une logique très linéaire: production, utilisation et destruction. L’approche de  Mr. Spowers est complètement différente: il est en train de développer un service suivant lequel la personne payera un abonnement mensuel pendant une à trois années. L’abonnement inclura la location de la voiture, la consommation d’hydrogène comme carburant, les taxes et la maintenance de la voiture. Le seul coût en plus pour le client sera un forfait au kilomètre. “Dans le cas éventuel d’une inflation du coût de l’hydrogène, la différence sera prise en charge par l’entreprise. De plus, le prix de location diminuera avec le temps. » explique Hugo Spowers.

       Mr. Spowers insiste surtout sur le fait qu’il va proposer un service et non un produit. Simplement  par-ce-que si il vendait des voitures entièrement recyclables, il serait dans son intêret de vendre des voitures avec un temps de vie limité, voir très limité. En effet, cela ferait tourner leur cycle de vie rapidement, et il pourrait en vendre souvent de façon à ce que cela soit financièrement profitable à son entreprise. Sa vision est en fait totalement opposée: il veut ralentir le cycle de vie de ses voitures, de façon à réinvestir le profit dans le développement de voiture qui consomment moins d’énergie et par conséquent faire plus de profit. Le service n’est pas encore disponible, des essais sur route avec vingt voitures sont prévus pour l’année prochaine et le lancement devrait avoir lieu en 2018.

   Ce business model est l’illustration parfaite de l’économie circulaire, si bien promue par Dame Ellen MacArthur et sa foundation depuis 2010. Suivant le principe de l’économie circulaire, les produits sont conçus de façon à être durables, réparables et recyclables. Cette idée est née dans l’esprit d’Ellen  après sa traversée en solitaire de l’océan glacial Antarctique . Elle devait faire très attention à sa consommation et ré-utiliser toutes les ressources possibles à bord. Car ce qu’elle avait pris avec elle lorsqu’elle débuta sa traversé, était tout ce qu’elle avait. Depuis, Ellen MacArthur a partagé sa vision dans le monde entier; prenant part à de nombreuses conférences, participant au TED talks et essayant d’injecter ce modèle à l’intérieur des multinationales.

      De la vision à la réalisation, cela prend beaucoup de temps et d’efforts. Mais remplacer des lignes par des cercles, l’énergie fossile par l’énergie verte, des vies courtes par de longues vies pour nos objets, cela fait définitivement partie de la solution au changement climatique. Il est donc dans l’interêt de l’humanité de créer des cercles vertueux d’économie circulaire et de les voir tourner dans tous les secteurs industriels.

>A Lire aussi: un autre exemple brillant d’économie circulaire appliqué dans une interview conduite par Anne Sophie Novel pour Le Monde.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s