Paradis

« Je reçois tous les jours des lettres: « Je travaille dans une usine (dans un bureau, dans un laboratoire, dans un magasin, dans un commerce, dans une administration, dans un ministère), ma vie est triste. J’aimerais vivre dans un pays de soleil, au soleil, au grand air, libre, m’épanouir, respirer. Je n’ai pas de métier mais j’ai de la bonne volonté, de la force, de la jeunesse. Je ferai n’importe quoi… » Non! On ne fait pas n’importe quoi. Au surplus, la première personne qu’on rencontre en débarquant au paradis, c’est soi-même.  »                             

                               Jean Giono- La chasse au bonheur-Paradis

DSC_0479

Publicités

Gardener of dream

      « How about your life review before your 30’s ? » I am in the kitchen of a friend. We are preparing a good diner while having a conversation and his question is surprising me. I stop cutting the carrots and think of my answer. I make up a quick one, while trying to think about it seriously « Great years are ahead, with lot of realisations I hope and blablabla… » But I leave his house with the question still running in my head.

    In the eyes of society, the balance is null: I am not married, I don’t have children, I haven’t buy any house, nor lawn-mower and I even recently sold my car and quit my job! The balance is not negative neither: I am not divorced, I am not single mum, I don’t have debts and I am healthy. Actually, I do not wish to make a life assessment at thirty years old.

      Because on the brink of my 30s something great happened. I suddenly felt a powerful desire to live, to really l-i-v-e. I felt the irresistible need to stop my efforts to enter in the already made society boxes. Instead, I decided to set my head to be more attentive to my heart. And I decided to live my heart guiding me and help me to find my place in this world.

       It isn’t easy to listen to my heart in this society where DOING and HAVING are reigning a master in all minds. On St. James way, it seemed to me easier to listen to it. Indeed, there were only one thing to DO: to walk. And there were very few things to HAVE, so my my bag wouldn’t be too heavy. As consequence, I could easily concentrate on BEING. Ha! It is so good to BE, here, now, entirely. And when I felt myself BEING, I could hear the whispers of my own heart, so not used to be listened to.

coeur

         But there are people who know how to use the compass of their hearts and  they haven’t necessary walk for months and months. How do they do? Or how did they do that? It is very simple, they authorised them-self to dream! Yes, I am affirmative! In business they call it « the vision », and the great men and women they simply call it « a dream ». Martin Luther King did a dream, he said it well. And Oscar Wilde advices to dream big. In many books of self development the question is about developing our own dream. A huge dream, even a bit crazy, why not! The aim is not to reach the dream, neither to fully realise it. But to generate in ourself, consciously and unconsciously enough energy to get close to it.

« Wisdom is to have dreams that are big enough not to lose sight when we pursue them!  » Oscar Wilde

      For now my dream looks like a jigsaw with some very clear and bright pieces and some others rather blurred or dark. However, it slowly takes shape. I know it and I feel it: I experience more joy and also more doubts. I have more positive and creative ideas and sometimes it distracts me from my dream. I have many little projects and above all a lot of energy which I am slowly learning to channel. This is why at the drawn of my 30’s birthday I have decided to become the gardener of my own dream. I have decided to grow it and take care of it. So that I  can happily take stock of my life for my 60’s birthday.

Dream.jpg

Jardinière de rêve

      « Et le bilan de la trentaine? » Je suis dans la cuisine d’un ami. On est en train de préparer un bon dîner tout en discutant et sa question me prend de court. Je m’arrête de couper les carottes, que répondre? Je fabrique une réponse à la hâte tout en essayant de réfléchir à ce qu’est vraiment mon bilan « Ce sont de belles années qui s’annoncent, avec beaucoup de réalisations en vue je l’espère et blablabla… ». Mais je quitte sa maison avec cette question qui tourne encore et encore dans ma tête.

        Aux yeux de la société mon bilan est nul: je ne me suis pas mariée, je n’ai pas d’enfants, je n’ai pas acheté de maison, ni de tondeuse à gazon et j’ai même récemment vendu  ma voiture et démissionné de mon emploi! Ce bilan n’est pas négatif non plus: je ne suis pas divorcée, ni mère célibataire, ni endettée et plutôt en bonne santé. En fait, je me rends compte que pas envie de faire un bilan à 30 ans.

   Car à la veille de mes 30 ans, il s’est passé quelque chose de formidable. J’ai soudain été prise d’une puissante envie de vivre, de vivre vraiment. J’ai eu l’irrésistible besoin de stopper tous mes efforts pour entrer dans les cases toute faites de la société. J’ai décidé de mettre ma tête à l’écoute de mon cœur. Et de laisser ce dernier me guider pour trouver ma place dans le monde.

         Ca n’est pas évident d’écouter mon cœur dans cette société ou FAIRE et AVOIR règnent en maîtres dans toutes les têtes. Sur le chemin de Compostelle ça me paraissait plus simple. En effet,  il n’y avait qu’une chose à FAIRE: marcher. Et il y avait peu de choses à AVOIR pour que mon sac ne soit pas trop lourd. Du coup, je pouvais me concentrer sur ETRE. Ha! Que c’est bon de se sentir ETRE, là, maintenant, toute entière. Et lorsque je me suis sentie ETRE, j’ai pu entendre jusqu’aux murmures de mon propre cœur, si peu habitué à être écouté.

coeur

         Cela dit, il y a bien des gens qui savent écouter la boussole de leurs cœurs. Et ils n’ont pas tous passé des mois et des mois à marcher. Comment font-ils ou comment ont-ils fait? Et bien c’est très simple ils se sont autorisé à rêver! Si, si! Je suis formelle, dans tous les domaines le rêve est un moteur puissant. Dans une entreprise on appelle ça « la vision » et les grands hommes et grandes femmes l’ont tout simplement nommé « un rêve ». Martin Luther King a fait un rêve, il l’a bien dit. Oscar Wilde, lui, conseille même de rêver grand. Dans beaucoup de livres de développement personnel il est question de développer son rêve. Un rêve immense, même un peu fou, pourquoi pas! Le but n’est pas d’atteindre le rêve, ni de le réaliser à 100%. Mais de générer en nous, consciemment et inconsciemment, assez d’énergie pour s’en approcher.

« La sagesse c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit. » Oscar Wilde

    Pour l’instant mon rêve ressemble plutôt un puzzle avec des pièces parfois claires, lumineuses et d’autres plus floues, ou plus sombres. Mais petit à petit il prend forme. Je le sais et je le sens car il y a plus de joie en moi et aussi plus de questions. J’ai plus d’idées positives et créatives qui parfois me distraient de mon rêve. Et il y a aussi beaucoup de petits projets, d’envies et surtout d’énergie que j’apprends doucement à canaliser. C’est ainsi qu’à l’aube de mes 30 ans j’ai décidé de devenir jardinière de mon propre rêve. J’ai choisi de le faire pousser et de l’entretenir. Ainsi à 60 ans je pourrais célébrer un beau bilan!

Dream.jpg

A Quest for Meaning

En Quête de sens DVDIt’s Christmas holidays, for the first time after a few years we are meeting at my Grand-ma’s house. The whole family that is all the aunties, uncles, cousins, a gathering of not less than 28 people, is sitting around the table. Discussions and debates about politics, solutions to the crisis are often coming back. I am also asked many questions about the Santiago way and my experience at Place to B during the COP 21. Obviously, my family is wondering and sometimes queries my recent choices. I am 29 years old, I left my well established job in a big multinational company a few months ago. I came back to France and started to seek for a more meaningful life. “A quest for meaning”, this is actually the name of a reportage I heard of so many times during the COP21. So much that I bought the DVD and organised a projection with all my family. Without even watching it before, I installed the screen, plugged the video projector and a 1h30 movie session started with all my family.

Projection En Quete de sens

Soon everyone was absorbed in Marc’s and Nathanaël’s encounters and discoveries. These 2 childhood friends met by chance in New-York a few years ago. At that time Nathanaël Coste had just finished a reportage about water in India, whereas Marc de la Menardière was working as a marketer in a big multinational company which was selling water. Many things were opposing them despite their friendship: their ways of life, their convictions…However, when Marc found himself stuck in bed after breaking his leg he watched Nathanaël’s reports and began to change his vision of life. So much that once he was better, he decided to quit his job and joined Nathanaël in India. He needed to understand, meet all these bright people who lived differently and were not afraid of change. Nathanaël filmed Marc’s quest of the world. Then they produced the movie together.

     Like the road-trip report Tomorrow -more centred on interior change- “A quest for meaning” is mind opening since the spectator watches actors of the sustainable development and today’s philosophers. It shows that it is possible to live differently, stresses important notions such as the difference between pleasure and happiness, the link between human being and nature, the limits of our current system. Through each encounter and testimony the spectator slowly becomes conscious that humanity can be actor in the change, can imagine new structures, places of living and systems which are meaningful. The production of “A quest of meaning” has been financed by crowd funding with the help of not less than 963 internet users. Moreover its licence allows anyone who desires to do so, to organize a pubic movie projection without fees and complications. It just needs connecting on the website and follow the instructions. This report is anchored into today’s world. It does feed our reflections about change, ways of life, current and future systems. A report to be widely shared with your friends, family and social groups. Be the first person to export it out of France!

En Quête de Sens

        C’est les vacances de Noël, pour la première fois depuis des années nous nous réunissons dans la maison de campagne de ma grand-mère maternelle. Entre les oncles et tantes, les cousins, les memEn Quête de sens DVD.jpgbres rapportés nous ne sommes pas moins de 28 à table pendant plusieurs jours. Les discussions vont bon train, bien évidemment on parle politique, on débat sur les solutions aux crises et on me pose des questions « Et ton chemin de Compostelle ? », « Et ton expérience à Place to B pendant la COP21 ? ». C’est certain que la démarche interroge et parfois dérange ! J’ai 29 ans, j’ai démissionné de mon poste dans une grande multinationale il y a quelques mois. Je suis rentrée en France et partie en quête de moi-même et surtout d’une vie qui aurait plus de sens. Justement « En quête de sens » c’est le nom du reportage dont on m’a beaucoup parlé durant la COP21, tant et si bien que j’ai acheté le DVD et j’ai organisé une grande projection avec toute la famille. Sans même l’avoir visionné avant, j’installe l’écran, branche le vidéo projecteur et c’est parti pour 1h30 de visionnage avec toute la famille.

Projection En Quete de sens.jpg

      Bientôt tout le monde est pris dans l’intrigue, dans les rencontres et les découvertes de Marc et Nathanaël. Ces derniers sont amis d’enfance et se sont retrouvés aux Etats-Unis par hasard il y a quelques années. Nathanaël Coste venait de terminer un reportage sur l’eau en Inde, tandis que Marc de la Menardière travaillait pour vendre de l’eau en bouteille dans le service marketing d’une grande entreprise. A ce moment beaucoup de choses les opposent : les convictions, les modes de vie, etc. Pourtant lorsque Marc se retrouve cloué au lit suite à un accident et décide de regarder  les reportages laissés par Nathanaël il commence à changer sa vision de la vie. Tant et si bien qu’une fois remis, il démissionne de son poste et part rejoindre Nathanaël en Inde. Il a besoin de comprendre, de rencontrer tous ces gens brillants qui vivent différemment et qui ne sont pas effrayés par le changement. C’est la quête de Marc à travers le monde que Nathanaël  a filmé. Puis ensemble ils ont monté et produit le film.

    Dans la ligné du road trip-reportage Demain– mais plus centré sur le changement intérieur- le reportage « En quête de sens » permet de voyager, s’ouvrir l’esprit et rencontrer des acteurs du changement durable et des philosophes modernes. Il montre qu’il est possible de vivre autrement, et met l’accent sur des notions importantes comme la différence entre le plaisir et  le bonheur, le lien entre l’homme et la nature, et les limites de notre système actuel. A travers chaque rencontre et témoignage on prend un peu plus conscience de la capacité de l’homme à être acteur de ce monde en changement et de sa capacité à mettre en place des structures, des lieux de vie et des systèmes qui ont du sens. La production d’ « En quête de sens » a été soutenue par le financement participatif de 963 internautes qui ont cru au projet. De plus, le film étant auto-distribué par l’association qui l’a produit, cela permet à qui le désire d’organiser une projection publique sans frais et complications. Il suffit de se connecter sur le site internet du reportage  et de suivre les instructions. Ce reportage est bien d’actualité, il est idéal pour alimenter nos réflexions sur le changement, nos modes de vie et fonctionnements actuels et futurs. A partager sans modération avec vos amis, votre famille, vos groupes sociaux. Bonne séance !

The Bureau of Linguistical Reality

   During the second week of the COP21, I was finishing my lunch break when Heidi Quante came to me. She looked as if she was coming directly out of a movie with her glasses without glass pushed on her curly hair which were pulled up in a bun. She was also wearing huge golden half-moon shaped hearings. Originating from San Francisco (California) she needed help to translate a few texts for her association. This is how, I ended up in the Bureau of Linguistical Reality, translating a very declarative text supposed to be read by Heidi herself, the following day at  l’Académie Française (a French institution with a board of  literary people who decide which words are to be registered in the French dictionary).

IMG_3192

    Indeed, Heidi has been a climate activist for many years and has tried various approaches to shift culture around climate change. Her background is science, however she found out through her different experiences that the best approach to do so, is through art. Therefore, since 2014 with the co-founder of the Bureau Alicia Escott she holds a Salon or Field study every month. On this occasion 8 people who never met before are invited. They come from very different backgrounds: mums, scientists, psychologists, farmers, fishermen…They are invited for one evening, to share wine and food and a reflection around a theme such as, for example, the four years’ drought in California. After dinner, they all discuss their emotions and feelings in relation with the theme. The aim being to create new words which express at best theses sensations and that way enrich and actualize our vocabulary with useful words full of signification. Exactly on the same principle as Dr. Henry Antoine did when he created the word « smog » to designate the fog created by the smoke of the civilization pollution. The Bureau of Linguistical Reality has facilitated the creation of many words such as:

Pre Traumatic stress disorder: Pre-trau.mat.ic. stress dis.or.der                                                  

noun

Definition:  A condition in which a researcher experiences symptoms of trauma as he learns more about the future as it pertains to climate change and watch the world around them not making necessary precautions. Similar to Post-Tramatic Stress Disorder but preceding the actual trauma. Characterized by disturbance of sleep, constant vivid worry and dulled responses to others and to the outside day to day world and/or seemingly comparative short term responsibilities such as: paying rent on time, attending children’s soccer games or appropriate attention to a retirement portfolio.

Origin: Lise Van Susteren, 2013, United States.

    Behind this very literary workshop, there is much more than simply enriching the dictionary. Indeed, Heidi and Alicia are creating here a space to allow the participants to stop and think of how they are impacted by the climate change. It allows the participants to recognise their emotions and what these emotions are generating inside them. Sharing their experiences the participants realise that they are not alone in their positions. They can discuss and define precisely what they are experiencing. The purpose is not to have a therapy group to discuss big traumas. The aim is more about creating a psychological space where people can share all the little daily emotions related to climate change and feeling less isolated with it. Heidi assures that at all times when people stop feeling isolated in front of a problem new movements start to emerge. Therefore, with Alicia, they hope facilitating the emergence of new movements at their own scales. Finally, creating a new word is q playful and empowering experience. From the position of “climate victims” who suffers the changes without being really able to name the small discomfort which it generates, the participants are taking in charge their emotions and create something very meaningful out of it: a new word. This salon is therefore a great opportunity to become conscious of human capacity to act and create in this world where so many things seem fixed. With new words we can create a dictionary and with new actions we can create a new world. In the meantime, let’s hope the French Academiciens reserved a warm welcome to the Bureau of Linguistical Reality!

Rencontre avec le Bureau de la Linguistique Réelle

  C’était lors de la deuxième semaine de la COP21, j’étais en train de terminer ma pause-déjeuner, attablée sur une des tables hautes du Belushi lorsqu’Heidi Quante est venue me trouver. Elle semblait tout droit sortie d’un film avec ses lunettes sans verres remontées sur ses cheveux frisés retenus par un chignon haut, et ses immenses boucles d’oreilles dorées en forme de demi-lunes. Cette Californienne de  San Francisco avait besoin d’aide pour traduire quelques textes pour son association. C’est ainsi que je me retrouvais bientôt attablée au Bureau de la Linguistique Réelle, à traduire un texte haut en couleur destiné à être déclamé par Heidi elle-même, le mercredi suivant à l’Académie Française.

 

    En effet, Heidi est une activiste du climat depuis de nombreuses années. De formation scientifique, elle a essayé différentes approches afin de sensibiliser un large public au problème du réchauffement climatique. A travers toutes ses expériences, elle s’est aperçue que l’approche par l’art était de loin la méthode la plus efficace. Ainsi, depuis 2014, Heidi et son associée Alicia Escott  réunissent dans un salon une fois par mois un panel de 8 personnes d’horizons très différents : mères de familles, scientifiques, psychologues, fermiers, pêcheurs… Elles les invitent le temps d’une soirée à partager un repas, du bon vin et une réflexion autour de leurs émotions, expériences et ressentis face au changement climatique et à ses conséquences. Le but de cette soirée étant de créer de nouveaux mots qui expriment aux mieux ces sensations, qui ainsi enrichissent et actualisent notre vocabulaire de termes utiles et pleins de signification. Un peu sur le même principe que celui utilisé par le scientifique Dr. Henry Antoine lorsqu’il a créé le terme « smog » pour désigner le brouillard (fog en anglais) créé par les fumées (smoke) de pollution.  Ainsi le Bureau de la Linguistique Réelle est à l’origine de nouveaux mots et définitions telles que :

Trouble de stress Pré-traumatique :

Nom

Définition : Condition dans laquelle les chercheurs manifestent des symptômes de traumatisme au fur et à mesure qu’ils en apprennent plus à propos du changement climatique et regardent le monde autour d’eux qui ne prend pas nécessairement de mesures. Similaire au Stress Post-traumatique mais précédant le traumatisme. Caractérisé par des troubles du sommeil, une constante et vive inquiétude et des réponses ennuyeuses aux autres et à tous facteurs de la vie quotidienne  comprenant des responsabilités à court termes telles que : payer le loyer dans les temps, assister à un match de foot de ses enfants ou une attention appropriée au plan d’investissement retraite.

Origin: Lise Van Susteren, 2013, Etats-Unis

   Derrière cet atelier très littéraire, il y a bien plus que simplement enrichir le dictionnaire. En effet, cela demande aux participants de prendre le temps de réfléchir à la façon dont ils sont impactés par le changement climatique actuellement et de reconnaitre les émotions que cela génère en eux. En les partageants avec les autres participants, ils réalisent alors qu’ils ne sont pas les seuls à les ressentir et peuvent en discuter, affûter leurs ressentis et définitions. Il ne s’agit pas de faire une thérapie pour discuter de grands traumatismes. Mais il s’agit plutôt de partager toutes ces petites émotions quotidiennes liées aux conséquences du changement climatique et de  créer un espace dans lequel on peut les partager et se sentir moins isolés. Heidi, affirme que de tous temps, de nouveaux mouvements sont nés une fois que les gens ne se sentaient plus isolés face à un problème. Avec Alicia, elles espèrent ainsi faciliter, à leur échelle, la naissance de nouveaux mouvements.

    Finalement, le fait de créer un nouveau mot est une expérience à la fois ludique et très puissante: cela permet de poser un acte. Ainsi de la position de « victime climatique » qui subit ces changements sans pouvoir trop nommer le mal être qu’ils génèrent en eux, les participants prennent leurs émotions en main et ils créent quelque chose pleins de sens : un nouveau mot. Cet atelier est donc une belle façon de prendre conscience de notre capacité à faire et à créer dans ce monde où l’on se sent si souvent impuissant à changer les choses. Avec de nouveaux mots, on peut créer un nouveau dictionnaire et avec de nouvelles actions on peut créer un nouveau monde. En attendant, espérons que l’Académie Française aura réservé un bon accueil au Bureau de la Linguistique Réelle !