Du haut de la montagne- Contacter l’essentiel

Partir là-haut, c’était aller découvrir le Vercors au pied duquel j’ai passé plusieurs semaines cette année. C’était aussi retrouver des sensations du chemin et recontacter l’essentiel, mon essentiel, avant de me lancer dans une nouvelle aventure professionnelle. 

 

Pour cela rien de mieux qu’une immersion dans la nature, aucune connexion de nature téléphonique ou informatique;  juste mon sac à dos. CIMG4035 Lire la suite

Du haut de la montagne

Je vous écris du haut de la montagne. Je voulais terminer mon année sabbatique comme je l’ai commencé: en marchant. 

Alors j’ai abandonné mes cartons en cours et j’ai repris mon sac à dos. J’ai chaussé mes chaussures et je suis partie à travers les hauts plateaux du Vercors pour trois jours. Cette fois-ci pas de villages aux alentours, il m’a fallu préparer le chemin minutieusement. J’ai de la nourriture pour 3 jours dans mon sac, 2 cartes IGN et surtout je sais où sont les sources d’eau, celles qui coulent encore et celles qui sont déjà taries.

Lire la suite

Silence

« J’ai un besoin pressant de me trouver en silence.

Personne à écouter. Personne à qui parler.

Juste l’espace du silence.

 

Un espace libre mais loin d’être vide.

Il est empli de mon dialogue intérieur incessant.

Tant de de bons moments.

Tant de rencontres. Tant de dépassements.

Tant de logements. Tant de changement en dedans

 

J’ai besoin d’écouter. J’ai besoin de m’arrêter.

Stop ! Chut !

Juste le silence.

 

Et lorsqu’enfin s’écoulent quelques heures bénies de répit

Alors la paix m’envahie.

Je sais que je vis. Je découvre qui je suis.

Je sais à peine où va ma vie

Et c’est ainsi que petit à petit je construis.

 

Sensation de baigner dans mes intuitions.

C’est dans ce silence rempli de vie 

Que je recharge mes batteries.

 

Je n’avais jamais autant jouie

De l’absence de bruit.

Alors je sourie. »

 

Silence.JPG

 

 

Choisir le positif

“Salut c’est moi, ça va ? Oui, oui figures toi que la semaine dernière j’ai fait un stage de psychologie dans le cadre de mon travail d’infirmière scolaire et j’ai pris conscience de l’importance de parler des choses positives. On est vraiment que des râleurs ! On ne se rend même pas compte à quel point on s’auto-pollue mentalement à trop parler de ce qui ne va pas. Tiens par exemple, en ce moment, il pleut beaucoup et alors ? Oui, il pleut mais ça ne justifie pas d’en parler pendant une demi-heure alors qu’il se passe des choses plus positives dans nos vie de tous les jours. J’ai décidé de faire plus attention à ce que je raconte maintenant. Ce stage est une réelle prise de conscience ! »

 

Parler positivement pourquoi ?

Cette conversation téléphonique m’est restée en tête. Je m’étais promis d’écrire un petit article sur ce thème car c’est prouvé parler de choses positives contribue à se sentir bien. En effet, des études de neurosciences* démontrent que les conversations positives provoquent dans notre cerveau la production de l’ocytocine, une hormone qui contribue à notre bien-être. Cette hormone améliore nos capacités de communication, de collaboration et de confiance avec les autres. Elle est synthétisée rapidement par notre organisme, plus rapidement que le cortisol qui est l’hormone du stress. Cependant les effets de l’ocytocine sont moins prononcés et durent moins longtemps que ceux du cortisol. Ainsi il est important d’avoir des conversations positives régulièrement pour contribuer à notre bien être durablement.

« Vos croyances deviennent vos pensées, vos pensées deviennent vos mots, vos mots deviennent vos actions, vos actions deviennent vos habitudes, vos habitudes deviennent vos valeurs, vos valeurs deviennent votre destinée. » 

Mahatma Gandhi

 

Parler positivement, choisir le positif dans ma vie

Parler positivement demande au départ un effort conscient : s’ouvrir aux choses positives qui nous entourent. Comme l’exprime très bien Gandhi dans la citation ci-dessus, parler nécessite avant tout de penser positif. Et, lorsque l’on est bombardé de nouvelles négatives cela devient un défi. Alors il est important de bien choisir nos lectures, nos moments devant la télévision et nos écoutes radiophoniques.

Depuis quelques temps j’ai changé mon approche à l’information. J’ai bannis les informations télévisées de mon quotidien. Je les trouve trop subjectives, trop sensationnalistes. Je les ai remplacées par les lectures des unes du journal Le Monde et BBC sur mon téléphone portable, ou bien par l’écoute des informations sur France Inter. Si un sujet m’intéresse ou me questionne, alors je vais creuser en lisant des articles de fond sur internet ou dans les journaux. Ou bien, je regarde ou j’écoute un documentaire à ce sujet. De plus, des journalistes se s’ont emparés de ce problème et ont décidé de proposer un nouveau mode d’information: un mail par jour dans la boîte email de leurs abonnés tout en sobriété avec les faits de la journée et des clés pour les analyser. Comme il y a la possibilité de faire un essai gratuit, je viens de m’inscrire à Brief.me. Ainsi je suis devenue actrice de mon information, je ne subis plus les médias.

Facebook est aussi un moyen de s’informer autrement. Grâce aux posts de mes contacts, il n’est pas rare que je découvre de très bons articles de blogs ou de médias alternatifs. C’est un cercle vertueux : je poste des articles qui m’ont intéressée et je découvre ceux des autres.

Viser les informations positives sur internet, c’est possible

Internet et facebook, peuvent aussi être des outils pour aller chercher directement des informations positives. En effet, vous pouvez vous abonner à la newsletter des blogs qui vous plaisent ou suivre les pages facebook qui vous inspirent. Ainsi vous recevez chaque jour quelques nouvelles positives.

Pour la petite touche positive de la journée j’aime beaucoup le blog L’optimisme. Sur ce blog le sujet des médias et du bonheur est d’ailleurs traité dans un article intéressant. Il existe également le site POSITIVR qui publie de bons articles courts et positifs, tout en image. Et ce ne sont que des exemples, à vous de trouver les vôtres !

Finalement, sachez que le journalisme se transforme et que de plus en plus de professionnels réfléchissent et mettent en place des initiatives pour communiquer autrement. Un très bel exemple est l’initiative de Place to B, mis en place à l’occasion de la COP21 et qui n’a cessé de se développer depuis. Ils seront présent à Montréal, dans l’espace presse au Forum Social Mondial cet été. C’est aussi au Québec que s’est développé la chaîne de télé sur internet GoodnessTV. En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez dans votre boîte mail chaque lundi la « Positive Minute » avec un reportage vidéo sur une initiative positive.

Le bonheur dans les choses simples

Il est important de souligner que pour insuffler du positif dans notre propre vie, tout ne dépend pas des médias. Le point de vue que nous portons sur ce que nous vivons et ce qui nous entoure est aussi très important. Souvent nous ne retenons pas les petites choses qui rendent notre quotidien plus intéressant. Alors parfois il est bon de s’arrêter et de se poser la question : qu’est ce qui m’a rendu heureuse/heureux aujourd’hui ?

Depuis quelques temps j’ai un petit carnet sur lequel je prends le temps de noter presque tous les soirs les 3 meilleurs moments de ma journée. Parfois j’oublie de le faire et j’ai remarqué que cela influe sur mon sommeil : dans ces cas-là, je me réveille de moins bonne humeur et moins énergique que si j’avais pris le temps de noter. Et ce qui est bien avec ce carnet c’est de le relire après quelques mois et de se souvenir de tous ces bons et beaux moments.

Pour aller plus loin à propos des médias :

Lire l’article du site e-rse.net qui s’intitule  Les Meilleurs Médias de l’Actualité Alternative et Positive

*Source:The Neurochemistry of Positive Conversation 

 

 

Inspiration musicale

Petit texte inspiré  par le duo Belem. Je l’ai écrit en écoutant  leur concert devant les douves du château des Ducs de Bretagne, à Nantes la semaine dernière. Entendez-vous leur musique?

Il y en a qui vivent leur rêve.Belem II

 

Ils le partagent entre eux.

Ils l’offrent au monde.

 

Ce soir 2 artistes, des musiciens.

 

Ils sont partenaires.

À la vie, comme à la scène.

 

Quand ils jouent, un lien se tisse entre eux

Et tout à coup des images fusent,

Des couleurs valsent et tourbillonnent.

 

Ils vivent leur rêve, ils partagent leur rêve.

On dirait parfois un tango moderne, une valse rapide ou une musique de film.

 

Il y a de l’harmonie, des regards,

Du rythme, de la complicité,

Des chromatiques, des intentions,

Des sourires.

 

Il y a de la beauté et ça fait rêver.

 

Il la regarde, il joue très vite, il se tend.

Elle est fière, elle est concentrée, elle sait ce qu’elle fait.

L’intensité augmente, sans la quitter du regard il se lève et lui tourne autour.

Elle joue, elle s’en fout, c’est à son goût, elle le connaît.

C’est pour lui qu’elle l’a composé.

 

Puis elle ouvre les yeux, son poignet se fait souple,

Son archet passe du staccato à de douces envolées.

Il se calme, il se rassoie. Ils terminent le voyage assis.

 

Mimétisme des corps qui se balancent.

Puis rien. C’est le silence.

 

Bravo! C’était intense! Bravo! C’était beau!

 

Elle avec son archet, prolongement de sa main.

Lui avec son sourire en accordéon.

 

Un couple d’artiste,

Pas triste!

P comme… Peur, Paralysée, Passage

Il y a des Peurs qui Paralysent. Ça vous Prend là (au ventre ou à la gorge) et Plus rien ne semble Possible. C’est un Passage obligé lorsque l’on entreprend quelque chose de nouveau. C’est important de ne Pas s’arrêter pour si Peu.

Il y a quelques temps une amie m’a Partagé une Photo d’un tag Parisien qui suggérait l’idée de devenir l’épouvantail de ses Peurs.
IMG_3578[1]

« Et je devins l’épouvantail de mes peurs »

Deux semaines plus tard me voici la boule au ventre et en pleine crise de remise de doute: « Mais que suis-je en train de faire? Est ce le bon choix?… ». Il se trouve que mon année sabbatique touche bientôt à sa fin. Et si je voyage encore en ce moment, je suis aussi sensée préparer activement ma nouvelle vie. Sauf que, lorsque la Peur tente de me Paralyser c’est Pas évident de rester Positive et de ne pas sombrer dans la Passivité défaitiste.
Heureusement, je sais par expérience que c’est un Passage obligé. Ça n’est ni bon signe, ni mauvais signe c’est juste la Peur de l’inconnu, de incontrôlé. J’avais ressenti exactement les mêmes émotions lorsque j’hésitais à poser ma démission, il y a un an.  Alors j’essaie de devenir moi aussi l’épouvantail de mes Peurs . Et surtout, surtout, je continue mon chemin. De toute façon, après quelques jours au niveau -10 des énergies positives, je commence à ressembler à un épouvantail assez effrayant pour effectivement faire Peur à mes Peurs!
Depuis bientôt 3 semaines je voyage sur la côté Atlantique française et je rencontre des gens actifs dans les domaines qui m’intéressent. Ça me donne Pleins de Pistes et aussi de nouveau contacts dans la ville où je m’installerai bientôt .
Vous n’avez plus d’étiquette, Mais vous avez un ticket
  Tama J.Kieves dans son livre  This Time I dance
Pour rester Positive, le top du top c’est de Pouvoir Partager avec un ou une amie dans la même Position. Comme en ce moment je ne connais Personne dans cette situation, je n’ai encore rien trouver de mieux que Parler, me dépenser Physiquement et me nourrir de lectures insPirantes.
Ca vaut le coup de Poser un Pas de Plus vers des Possibles Positifs!
DSC_0220
 
>>> Et vous comment faites vous pour gérer le trac avant la mise en œuvre d’un projet qui vous pousse hors de votre zone de confort ? N’hésitez pas à partager vos conseils et techniques via les commentaires!

Je médite dans le jardin

Et non, je n’ai pas disparu de la circulation!

Il est vrai que depuis mon retour d’Argentine je n’ai pas publié grand chose sur mon blog. C’est que prendre une année sabbatique peut s’avérer plus intense qu’on ne le pense. Ces derniers mois toute mon énergie a été accaparée par bien des activités et je n’ai pas pris le temps de partager mes pensées, expériences et découvertes.

Alors me voici, en train de méditer dans le jardin sur mes expériences et aventures de cette année.

A bientôt avec de nouveau articles tout frais!

DSC_0693

La ferme des Roussets

« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ».

                                                                                                                 Gandhi

Je reviens d’une semaine à la ferme des Roussets, près de St Jean en Royan. Cet endroit je n’y suis pas venue par hasard. Ca fait déjà un moment que je suis de plus ou moins loin l’aventure du collectif Batotopie dont mon frère fait partie. Ces 6 compagnons du réseau REPAS -Réseau d’échanges et pratiques alternatives et solidaires- se sont rencontrés en lors de leur tour de France. Ils s’entendaient bien, partageaient le même rêve et les mêmes valeurs alors ils ont décidé de sauter le pas: former un collectif, mettre leurs revenus en commun, acheter une ferme et des terres et produire des légumes, des céréales, du pain, du miel et des événements culturels.

La Ferme des Roussets, le collectif et le fonctionnement

La ferme des Roussets est composée de 12 hectares de terre, 2 sont dédiées au maraîchage et le restant aux céréales.  C’est aussi un moulin, un fournil, une future miellerie, deux garages et un grand hangar. Et puis la vieille fumière qui sera bientôt transformé en lieu de vente et d’accueil. Il y a bien une maison avec un étage, dont une partie seulement est aménagée en bureau. Le rez de chaussé est composé d’une chambre froide, une future légumerie qui sert pour le moment de cuisine, une pièce commune avec un poêle à bois, une future cuisine qui se construit à vitesse grand V et une salle de bain-buanderie au confort minimum.  Les membres du collectif n’ont donc pas d’habitation dans la ferme, et se sont répartis sur le terrain en yourte ou en caravane et en appartements à St Jean. Le collectif est composé de 2 maraîchers: Annabel et Max, d’un paysan boulanger: Nicolas, d’un apiculteur: Nicolas et de deux animatrices culturelles: Anne et Pascale. Et puis cette année, il y a Matthieu qui a rejoint la bande pour les animations pédagogiques à la ferme. Ils fonctionnent en autogestion: pas de hiérarchie, beaucoup d’écoute, de bienveillance, de communication non-violente et des décisions prises à l’unanimité. Ils mettent tous leurs revenus en commun et s’octroie un salaire de 600 euros par mois. Si il y a du surplus il est réinjecté dans les projets d’aménagement de la ferme. Ils espèrent pouvoir atteindre les 1000 euros de salaire dans quelques années. L’appellation de la Ferme des Roussets regroupe  l’activité agricole : le GAEC des Roussets, l’Apiculture et l’association culturelle Batotopie.

L’Assemblée Générale annuelle

Deux semaines auparavant j’étais venue participer à leur Assemblée Générale et j’avais été frappée par le courage et la dose de confiance qui anime ce petit groupe. Pas évident de présenter les comptes de son activité après à peine un an d’installation! Ici les chiffres ne dépassent que rarement les quelques milliers d’euros, rien à voir avec les bilans mensuels de l’entreprise pour laquelle je travaillais! Il faut expliquer pourquoi pour le moment toutes les activités ne sont pas rentables: la première serre qui s’est envolée, une partie des abeilles décimées par un fongicide le premier été et tout ça debout face à l’assemblée. Une assemblée d’ailleurs très active car curieuse du mode de vie du collectif et qui n’hésite pas à partager expérience, conseils et encouragements. L’échange entre le collectif et l’assemblée est riche en ce dimanche matin brumeux: « Au départ notre volonté était de créer un lieu collectif et de lui donner vie. Ce lieu ne nous appartient pas, il a été acheté grace à nos apports personnels bien sûr mais aussi grace aux apporteurs qui ont achetés des parts. Le but c’est que chacun se sente ici chez lui, est ce que vous vous sentez chez vous? » demande Nicolas le paysan.

Du rêve à la réalité

Du rêve à la réalité il y a bien des compromis, et des défis. «  Le groupe c’est effectivement une force qui permet de concrétiser des projets » m’explique Max. Et les deux Nicolas s’accordent sur le fait que’« Il faut constamment faire des compromis entre notre volonté et ce qui est possible. Par exemple lorsque l’on a débuté le projet on avait une volonté d’entraide entre les différentes activités, en réalité on a pas le temps de s’arrêter au maraîchage pour aller aider à la boulangerie,  à l’apiculture ou à l’animation et inversement. » En effet, depuis que le collectif est installé dans le Royan il a fallu aller décrocher des aides et trouver d’autres revenus pour ne pas reposer uniquement sur ceux incertains des premières années de la ferme. Le duo culturel travaille donc à côté de leur implication dans l’association Batotopie. Ainsi, Anne a décroché un poste d’animatrice à la radio local: Radio Royan.  Pascale a d’une part créé sa propre association d’éducation populaire: Ébullition et d’autre part anime une colonie de vacances sur la ferme l’été.  » Avant on se retrouvait pour faire des temps de jeux et un week-end de détente tous ensemble par an. Maintenant on ne prend plus le temps. » constate Annabel. En effet, tous s’accordent sur le fait que depuis qu’ils ont commencé à vivre leur projet ils ressentent une forte pression de résultat et aussi de manque de temps. Ils ne s’octroient que très peu de vacances, mais ils vivent selon leurs valeurs et c’est une grande fierté.

Une belle intégration locale

Si la réalité est parfois dure pour le collectif, il bénéficie tout de même d’un beau soutien local. En un an et demi, le groupe a réussi son intégration. Ils ne sont ni seuls, ni isolés mais bien soutenus par tous les gens qui croient en leur projet. En fait, il ne se passe pas une journée sans que des visiteurs réguliers ou impromptus viennent donneLes volontaires.jpgr un coup de main ou simplement dire bonjour. La semaine dernière une amie de Pascale est venue l’aider à poser la nouvelle cuisine, Lucas était là pour construire un mur en pierre sèche, Aurélien partageait son précieux savoir-faire de charpentier sur le chantier en cours et Laurent le secondait. Il y a eu aussi Michel venu passé quelques heures au jardin, la visite de Nadia qui avait le désir de jardiner tout en profitant de son amie Annabel ou Zoé qui a débarqué jeudi après-midi pour renforcer l’équipe de chantier. Et bien entendu le vendredi après-midi- jour de vente sur la ferme- les abonnés sont venus collecter leur paniers bio et acheter leur pain pour la semaine. S’intégrer localement ça signifie aussi monter des partenariat locaux. Par exemple Annabel et Max font partie d’un groupe d’entraide maraîchère avec ils partagent une demi-journée de travail  chez les uns et les autres. Un autre exemple est celui de Nicolas qui achète le bois pour son four à pain à une fabrique locale de manche d’outils de jardin. Il produit également du foin pour un collègue qui travaille avec traction animale. Cette fine équipe est donc en train de créer des écosystèmes a échelle locale. Et elle a déjà réussi le pari du vivre ensemble et d’entraide, ce dont elle peut être fière.

Mon expérience à la Ferme des Roussets

J’ai passé la semaine avec Annabel et Nicolas qui vivent dans la yourte en face de la ferme. J’avais investi la « caravane des visiteurs » et j’ai secondé le couple dans leurs activités tout au long de la semaine. Enfin j’ai pu mettre mes mains dans la terre!DSC_0159.JPG En effet je passe les trois premiers jours au maraîchage avec Annabel et Max. C’est l’occasion d’épierrer le champ à côté des serres avant de semer, de repiquer les choux Kales, de rafraîchir les fraises, de récolter les poireaux et le mesclun. Une expérience qui me fait prendre conscience de l’effort physique que représente le métier de maraîcher qui travaille toujours au sol. Ca fait travailler le dos, les genoux , les cuisses; les bras. SerreAvec mon dos fragile, je savais déjà que ce métier n’était pas pour moi, là j’en ai la confirmation. Pourtant je trouve ce métier passionnant, comprendre la terre, son fonctionnement, améliorer les rendements et puis produire des aliments sains, quel beau métier!  Ces quelques jours sont l’occasions de plus discuter avec Annabel, de constater à quelle point sa passion de la terre est grande. Elle la porte et génère une belle énergie en elle. En effet, elle est capable d’enchaîner une journée au jardin et deux heures de danse Africaine! Sans parler de ses cours de violons depuis Septembre. Elle progresse tellement vite, qu’elle est déjà capable de jouer en public avec le groupe folk de Saint Jean… c’est avéré vivre sa passion donne des ailes!

A la ferme c’est du non-stop il y a toujours quelque chose à faire et les seuls moments de
repos sont ceux passés autours d’un bon repas. Ici on boit  de l’eau de source, on mange la production de légumes et de pain. Les midis sont des moments très conviviaux, un temps suspendu ou tout le monde se retrouve pour échanger et se rassasier. Chaque membre du collectif prépare le repas à tour de rôle.On prévoit toujours pour une personne de plus, au cas où un visiteur impromptu ferait son entré. On n’aura jamais été moins de sept à table pendant tout mon séjour! Pour moi ce sont des moments précieux de convivialité et de vivre-ensemble comme je les aime.

a table.jpg

Le jeudi est une journée à part: c’est le jour de la réunion hébdo. Tous les membres du collectif se réunissent à 8h00 et la matinée est consacrée à partager l’avancé des différents projets, les questions, les difficultés et les prises de décisions. Je n’assiste pas à ce temps d’équipe et consacre ma matinée à ébaucher des tracts pour continuer de mobiliser les bonnes volontés autours de leur projet. En fin de matinée on se retrouve tous sur le chantier, dans la poussière et la paille on se dépense un peu après cette matinée statique.

Et puis vient le vendredi, le jour du pain et de la vente. Je me lève à 5h00 du matin pour aller aider Nicolas au fournil. Ce sera une journée de travail continue de douze heures avec trois pauses de 20 à 40 minutes seulement mais j’apprécie la tâche. On pèse, on pétri la pâte, on la plie, on la laisse reposer, on la replie, on pèse et prépare les pains. Il y a tellement de manipulation que lorsque Nicolas travaille seul, il ne porte pas moins de trois tonnes de farine, pâte à pain et pains dans sa journée!

DSC_0179

Avant midi nous préparons 2 fournées de pain (150 kg au totale), et après un repas express c’est l’équipe d’enfournement de la semaine qui vient aider au fournil. « Peu de paysan-boulanger ont la chance de pouvoir réaliser cette opération en équipe «  m’explique fièrement Nicolas. EnfournementC’est  un ballet bien réglé qui s’effectue alors sous mes yeux : Matthieu prépare les plateaux de pain et les couvre de farine, Pascale prépare les deux pains sur les pelles en bois et Nicolas enfourne. Le but de l’opération est d’aller le plus vite possible afin de maintenir une température constante dans le four. Alors vient l’heure de ma troisième pause, cette fois-ci je ne résiste pas à une sieste éclaire dans le canapé…juste dix minute avant la prochaine tournée! Une journée fatigante mais bien plaisante, ça me rappelles mes études et les longues heures au labo mais en mieux puisque à la fin je peux manger du bon pain! DSC_0196.JPG


Pour couronner le tout, samedi est une journée ensoleillée. Pendant qu’Annabel est au marché et Nicolas aux champs, je me sens un peu désœuvrée. Alors je me lance dans le ménage de la cuisine et salle à manger, puis je cuisine un bon repas entre deux lectures de nouvelles au soleil…bonheur! Après le déjeuner j’ai les jambes qui me démangent alors je me mets au défi de monter à la croix en moins de deux heures. J’y étais passé 2 semaines auparavant mais c’est quand même autre chose sous le soleil!

Et puis pour terminer cette semaine en beauté, rien de telle qu’une soirée au bal folk animé par les Faucon Folk, moi qui voulais faire un bal folk longtemps, je suis ravie! 

Lire à propos de la ferme des Roussets

LA VIE n°3682 du 24 au 30 mars 2015-p.8 « Travailler sans trahir ses valeurs »-un article à propos du compagnonnage du réseau repas auquel Annabel à contribué en représentant le collectif.

Carnet d’aquarelle Le Massif du Vercors III d’Alexis Nouailhat-dans ce livre magnifique vous trouverez une double page consacrée à la Ferme des Roussets

Envie de soutenir la Ferme des Roussets?

Cliquez sur la photo ci-dessous et n’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires de cet article! Merci pour eux.

DSC_0147