Du haut de la montagne- Contacter l’essentiel

Partir là-haut, c’était aller découvrir le Vercors au pied duquel j’ai passé plusieurs semaines cette année. C’était aussi retrouver des sensations du chemin et recontacter l’essentiel, mon essentiel, avant de me lancer dans une nouvelle aventure professionnelle. 

 

Pour cela rien de mieux qu’une immersion dans la nature, aucune connexion de nature téléphonique ou informatique;  juste mon sac à dos. CIMG4035 Lire la suite

Publicités

Du haut de la montagne- Marcher seule

Au cours de mon parcours, je réalisé que ma démarche qui me semblait couler de source – partir seule-  interroge et interpelle plus d’une personne sur mon chemin.

    Il y a les hommes d’un certain âge qui grommellent Lire la suite

Du haut de la montagne

Je vous écris du haut de la montagne. Je voulais terminer mon année sabbatique comme je l’ai commencé: en marchant. 

Alors j’ai abandonné mes cartons en cours et j’ai repris mon sac à dos. J’ai chaussé mes chaussures et je suis partie à travers les hauts plateaux du Vercors pour trois jours. Cette fois-ci pas de villages aux alentours, il m’a fallu préparer le chemin minutieusement. J’ai de la nourriture pour 3 jours dans mon sac, 2 cartes IGN et surtout je sais où sont les sources d’eau, celles qui coulent encore et celles qui sont déjà taries.

Lire la suite

Silence

« J’ai un besoin pressant de me trouver en silence.

Personne à écouter. Personne à qui parler.

Juste l’espace du silence.

 

Un espace libre mais loin d’être vide.

Il est empli de mon dialogue intérieur incessant.

Tant de de bons moments.

Tant de rencontres. Tant de dépassements.

Tant de logements. Tant de changement en dedans

 

J’ai besoin d’écouter. J’ai besoin de m’arrêter.

Stop ! Chut !

Juste le silence.

 

Et lorsqu’enfin s’écoulent quelques heures bénies de répit

Alors la paix m’envahie.

Je sais que je vis. Je découvre qui je suis.

Je sais à peine où va ma vie

Et c’est ainsi que petit à petit je construis.

 

Sensation de baigner dans mes intuitions.

C’est dans ce silence rempli de vie 

Que je recharge mes batteries.

 

Je n’avais jamais autant jouie

De l’absence de bruit.

Alors je sourie. »

 

Silence.JPG

 

 

Choisir le positif

“Salut c’est moi, ça va ? Oui, oui figures toi que la semaine dernière j’ai fait un stage de psychologie dans le cadre de mon travail d’infirmière scolaire et j’ai pris conscience de l’importance de parler des choses positives. On est vraiment que des râleurs ! On ne se rend même pas compte à quel point on s’auto-pollue mentalement à trop parler de ce qui ne va pas. Tiens par exemple, en ce moment, il pleut beaucoup et alors ? Oui, il pleut mais ça ne justifie pas d’en parler pendant une demi-heure alors qu’il se passe des choses plus positives dans nos vie de tous les jours. J’ai décidé de faire plus attention à ce que je raconte maintenant. Ce stage est une réelle prise de conscience ! »

 

Parler positivement pourquoi ?

Cette conversation téléphonique m’est restée en tête. Je m’étais promis d’écrire un petit article sur ce thème car c’est prouvé parler de choses positives contribue à se sentir bien. En effet, des études de neurosciences* démontrent que les conversations positives provoquent dans notre cerveau la production de l’ocytocine, une hormone qui contribue à notre bien-être. Cette hormone améliore nos capacités de communication, de collaboration et de confiance avec les autres. Elle est synthétisée rapidement par notre organisme, plus rapidement que le cortisol qui est l’hormone du stress. Cependant les effets de l’ocytocine sont moins prononcés et durent moins longtemps que ceux du cortisol. Ainsi il est important d’avoir des conversations positives régulièrement pour contribuer à notre bien être durablement.

« Vos croyances deviennent vos pensées, vos pensées deviennent vos mots, vos mots deviennent vos actions, vos actions deviennent vos habitudes, vos habitudes deviennent vos valeurs, vos valeurs deviennent votre destinée. » 

Mahatma Gandhi

 

Parler positivement, choisir le positif dans ma vie

Parler positivement demande au départ un effort conscient : s’ouvrir aux choses positives qui nous entourent. Comme l’exprime très bien Gandhi dans la citation ci-dessus, parler nécessite avant tout de penser positif. Et, lorsque l’on est bombardé de nouvelles négatives cela devient un défi. Alors il est important de bien choisir nos lectures, nos moments devant la télévision et nos écoutes radiophoniques.

Depuis quelques temps j’ai changé mon approche à l’information. J’ai bannis les informations télévisées de mon quotidien. Je les trouve trop subjectives, trop sensationnalistes. Je les ai remplacées par les lectures des unes du journal Le Monde et BBC sur mon téléphone portable, ou bien par l’écoute des informations sur France Inter. Si un sujet m’intéresse ou me questionne, alors je vais creuser en lisant des articles de fond sur internet ou dans les journaux. Ou bien, je regarde ou j’écoute un documentaire à ce sujet. De plus, des journalistes se s’ont emparés de ce problème et ont décidé de proposer un nouveau mode d’information: un mail par jour dans la boîte email de leurs abonnés tout en sobriété avec les faits de la journée et des clés pour les analyser. Comme il y a la possibilité de faire un essai gratuit, je viens de m’inscrire à Brief.me. Ainsi je suis devenue actrice de mon information, je ne subis plus les médias.

Facebook est aussi un moyen de s’informer autrement. Grâce aux posts de mes contacts, il n’est pas rare que je découvre de très bons articles de blogs ou de médias alternatifs. C’est un cercle vertueux : je poste des articles qui m’ont intéressée et je découvre ceux des autres.

Viser les informations positives sur internet, c’est possible

Internet et facebook, peuvent aussi être des outils pour aller chercher directement des informations positives. En effet, vous pouvez vous abonner à la newsletter des blogs qui vous plaisent ou suivre les pages facebook qui vous inspirent. Ainsi vous recevez chaque jour quelques nouvelles positives.

Pour la petite touche positive de la journée j’aime beaucoup le blog L’optimisme. Sur ce blog le sujet des médias et du bonheur est d’ailleurs traité dans un article intéressant. Il existe également le site POSITIVR qui publie de bons articles courts et positifs, tout en image. Et ce ne sont que des exemples, à vous de trouver les vôtres !

Finalement, sachez que le journalisme se transforme et que de plus en plus de professionnels réfléchissent et mettent en place des initiatives pour communiquer autrement. Un très bel exemple est l’initiative de Place to B, mis en place à l’occasion de la COP21 et qui n’a cessé de se développer depuis. Ils seront présent à Montréal, dans l’espace presse au Forum Social Mondial cet été. C’est aussi au Québec que s’est développé la chaîne de télé sur internet GoodnessTV. En vous abonnant à la newsletter, vous recevrez dans votre boîte mail chaque lundi la « Positive Minute » avec un reportage vidéo sur une initiative positive.

Le bonheur dans les choses simples

Il est important de souligner que pour insuffler du positif dans notre propre vie, tout ne dépend pas des médias. Le point de vue que nous portons sur ce que nous vivons et ce qui nous entoure est aussi très important. Souvent nous ne retenons pas les petites choses qui rendent notre quotidien plus intéressant. Alors parfois il est bon de s’arrêter et de se poser la question : qu’est ce qui m’a rendu heureuse/heureux aujourd’hui ?

Depuis quelques temps j’ai un petit carnet sur lequel je prends le temps de noter presque tous les soirs les 3 meilleurs moments de ma journée. Parfois j’oublie de le faire et j’ai remarqué que cela influe sur mon sommeil : dans ces cas-là, je me réveille de moins bonne humeur et moins énergique que si j’avais pris le temps de noter. Et ce qui est bien avec ce carnet c’est de le relire après quelques mois et de se souvenir de tous ces bons et beaux moments.

Pour aller plus loin à propos des médias :

Lire l’article du site e-rse.net qui s’intitule  Les Meilleurs Médias de l’Actualité Alternative et Positive

*Source:The Neurochemistry of Positive Conversation 

 

 

Inspiration musicale

Petit texte inspiré  par le duo Belem. Je l’ai écrit en écoutant  leur concert devant les douves du château des Ducs de Bretagne, à Nantes la semaine dernière. Entendez-vous leur musique?

Il y en a qui vivent leur rêve.Belem II

 

Ils le partagent entre eux.

Ils l’offrent au monde.

 

Ce soir 2 artistes, des musiciens.

 

Ils sont partenaires.

À la vie, comme à la scène.

 

Quand ils jouent, un lien se tisse entre eux

Et tout à coup des images fusent,

Des couleurs valsent et tourbillonnent.

 

Ils vivent leur rêve, ils partagent leur rêve.

On dirait parfois un tango moderne, une valse rapide ou une musique de film.

 

Il y a de l’harmonie, des regards,

Du rythme, de la complicité,

Des chromatiques, des intentions,

Des sourires.

 

Il y a de la beauté et ça fait rêver.

 

Il la regarde, il joue très vite, il se tend.

Elle est fière, elle est concentrée, elle sait ce qu’elle fait.

L’intensité augmente, sans la quitter du regard il se lève et lui tourne autour.

Elle joue, elle s’en fout, c’est à son goût, elle le connaît.

C’est pour lui qu’elle l’a composé.

 

Puis elle ouvre les yeux, son poignet se fait souple,

Son archet passe du staccato à de douces envolées.

Il se calme, il se rassoie. Ils terminent le voyage assis.

 

Mimétisme des corps qui se balancent.

Puis rien. C’est le silence.

 

Bravo! C’était intense! Bravo! C’était beau!

 

Elle avec son archet, prolongement de sa main.

Lui avec son sourire en accordéon.

 

Un couple d’artiste,

Pas triste!